FCP ISF : définition

Dès son application en 2008, la loi TEPA a réussi à inciter plus de 73 000 particuliers à investir dans les PME et ce nombre ne cesse de croître. Pourquoi cet engouement ? Parce que le contribuable peut bénéficier d’une réduction de l’impôt sur ses biens immobiliers (ISF : Impôt de Solidarité sur la Fortune), en fonction du montant qu’il  a investi en capital dans une PME. Beaucoup de propriétaires immobiliers décident d’investir dans des petites entreprises, de moins de 250 salariés, non cotées en bourse, par le biais de FCP ISF.

Le FCP ISF : définition

Vous pouvez placer votre argent auprès d’un FCP ISF ou Fond d’Investissements de Proximité qui se chargera d’investir ce capital dans des PME. Il est important de souligner que le FCP ISF ne peut pas investir la somme dans les capitaux de grandes sociétés. Comme mentionné auparavant, il faut que ce soit une PME, non cotée, de moins de 250 salariés. En plus de ces critères, la PME se doit d’être jeune (de moins de 5 ans d’existence), et d’exercer seulement dans les domaines suivants : commerciale, libérale, agricole, industrielle, artisanale ou financière.

Quels sont les 2 principaux avantages en investissant dans un FCP ISF

Le premier gros avantage est le fait que vous puissiez bénéficier d’une exonération partielle de vos impôts. Cette réduction d’impôt se fait en deux temps : d’abord, vous bénéficiez d’une exonération de 50% de votre impôt de solidarité sur la fortune (ISF), et ensuite vous avez aussi droit à une réduction de 25% sur votre impôt sur le revenu.

En ce qui concerne la réduction de 50% de l’ISF, cela est calculé en fonction de la somme que vous avez investi dans un FCP ISL, dans la limite de 20 000 € par an.

Pour ce qui est de la baisse de l’impôt sur le revenu, cela représente un montant égal à 25% de la somme non utilisée pour réduire l’ISF. Le plafond annuel est fixé à 3 000 € pour une personne seule et à 6 000 € pour un couple marié ou pacsé.

Le second principal avantage est qu’on devient actionnaire dans une ou plusieurs sociétés et on peut s’attendre à recevoir des dividendes plus ou moins conséquents. En effet, les petites entreprises non cotées offrent des rendements supérieurs en comparaison aux grandes sociétés, allant de 10% à 15% par an.

Est-ce risqué de placer son argent dans un FCP ISF ?

Investir dans un FCP ISF n’est pas sans risque. Comme nous l’avons mentionné plus haut, les capitaux seront placés dans des petites entreprises, relativement jeunes et qui ne présentent pas beaucoup de garanties.

En outre, il n’est pas autorisé de retirer le capital du FCP ISF, durant au moins 5 ans. Dans le cas où un vent défavorable soufflerait dans le marché sur lequel la PME exerce (et dans laquelle votre argent a été placé par le FCP ISF), et que cela se passe, par exemple, lors de la 4ème année, vous prenez le risque de perdre de l’argent.

Les risques sont certes non négligeables si on souhaite investir dans les FCP ISF mais il est tout à fait possible de réduire sensiblement ces risques pour jouir au maximum des avantages offerts dans le cadre de la loi TEPA. N’hésitez pas à vous informer sur le FCP ISF à qui vous envisagez de confier votre placement. Faites un suivi et demandez à votre FCP ISF le maximum d’information sur les PME dans lesquelles les capitaux ont été investis : suivez leurs résultats, gardez un œil sur l’évolution des marchés.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *