Définition du prêt in fine

Il est important de souligner que le prêt in fine prend en compte les revenus fonciers. C’est un   crédit immobilier particulier qui offre la déduction totale des intérêts d’emprunt issus des revenus fonciers. Il s’adresse notamment aux contribuables dont le taux d’imposition se situe dans la tranche des 30 à 40 %, désireux d’optimiser leur investissement locatif en réalisant des économies d’impôt.

 

Durant toute la durée du prêt, l’emprunteur ne rembourse que les intérêts par mensualités fixes, le capital étant dû en une seule fois à l’échéance du crédit, donc in fine. Par rapport à un crédit classique amortissable, les intérêts fixés sont plus importants tout au long du crédit puisque le capital n’est pas amorti. Mais au final, plus le montant total des intérêts déductibles est élevé, plus l’opération se révèle fiscalement intéressante.

 

En parallèle de son prêt, l’emprunteur doit se constituer une épargne grâce à un produit de placement – le plus souvent un contrat d’assurance vie -, dont la valeur à l’échéance doit servir au remboursement du capital dû.

 

Enfin, l’investisseur peut opter pour la cession du bien financé par son prêt, notamment pour faire l’économie de l’ISF, qui n’est plus déductible du patrimoine imposable une fois le crédit remboursé dans sa totalité.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *